Avec Helium, Kerlink veut faire passer ses gateway IoT à l’échelle

Les gateway IoT de Kerlink, destinés à transmettre les données des objets connectés au cloud, et le réseau IoT décentralisé, open-source et mineur de cryptomonnaie de l’entreprise américaine Helium, ne vont faire plus qu’un. Le fournisseur français de solutions de connectivité IoT a annoncé embarquer le logiciel d’Helium dans ses gateway afin d’étendre la couverture du réseau et d’y faire adhérer les entreprises. En échange, Kerlink va pouvoir bénéficier du système de minage de la cryptomonnaie HNT d’Helium. Les deux partenaires n’ont pas signé d’accord, Helium étant open source, il a suffi à Kerlink de veiller à la compatibilité du logiciel de minage avec LoRaWAN et avec ses gateway. “Il s’agit d’une collaboration gagnant-gagnant qui représente un vrai virage pour Kerlink”, affirme Yannick Delibie, cofondateur et CEO de Kerlink Americas.

Ce partenariat constitue en effet pour Kerlink un argument de poids pour encourager les déploiements IoT à grande échelle au sein de réseaux privés. “Le coût de déploiement de l’infrastructure représente toujours un frein pour nos clients. La solution d’Helium nous permettra de le financer grâce à la cryptomonnaie générée, dont les revenus seront partagés avec le client”, explique Yannick Delibie. L’offre de réseaux privés, qui a représenté 85% du chiffre d’affaires de Kerlink en 2020 (établi à 11,2 millions d’euros), reste une priorité stratégique pour l’entreprise.

Autre changement : ces nouveaux produits positionnent Kerlink non plus seulement comme un fournisseur de hardware mais aussi de services. “Helium est un réseau IoT qui apporte de la connectivité. Notre solution de gateway vise à apporter une surcouche avec un service de maintien en condition opérationnelle (MCO) du réseau privé industriel”, déclare Yannick Delibie. Le logiciel d’Helium est pour le moment déployé sur trois des six familles de gateway de Kerlink, à savoir les gateway Wirnet ifemtocell, Evolution et Outdoor.

Les premiers clients seront livrés début juin par les distributeurs de Kerlink. Si l’entreprise ne dévoile pas le nombre exact de gateway équipés, Yannick Delibie confie que cela représente déjà “plusieurs dizaines de milliers de produits”. A terme, toutes les gammes de Kerlink seront concernées. “Nous espérons que Kerlink sera un contributeur significatif à notre supply chain. Nous enregistrons en France une demande incroyablement élevée, proche de 500 000 unités”, indique de son côté Frank Mong, COO d’Helium.

Une nouvelle offre en septembre 2021

Les équipes de Kerlink planchent justement sur un nouveau produit dédié au cœur de réseau et intégrant la technologie d’Helium, qui sera commercialisé en septembre prochain à des prix moins chers que les autres gammes, pour réaliser des déploiements à gros volume principalement sur les marchés américains et européens. “Avec cette offre, ce sont des quantités bien supérieures aux dizaines de milliers d’équipements déjà commercialisés que nous visons”, souligne Yannick Delibie. Ce produit a été développé grâce à une augmentation de capital de 11 millions d’euros (qui a également servie à Kerlink à réserver en amont des composants pour faire face à la pénurie de composants, ndlr). Le modèle d’affaires de cette offre est encore en réflexion, il permettra d’appuyer une partie de la rémunération de Kerlink sur de la cryptomonnaie.

Pour Yannick Delibie, la blockchain et la cryptomonnaie n’apporteront de la valeur à l’IoT que si elles permettent de financer d’autres paramètres, comme par exemple “l’empreinte carbone d’un projet”. “L’IoT environnemental a le vent en poupe, notamment en Asie”, observe-t-il. Kerlink prévoit d’élargir ses partenariats dans le domaine. Les ingénieurs de l’entreprise s’attachent ainsi à réduire la consommation des gateway avec l’utilisation de la blockchain, gourmande en énergie et en mémoire utilisées.

“Un tarif unique est proposé pour le réseau LongFi, c’est une vraie valeur”

Pour les projets à l’international que Kerlink multiplie, comme au Vietnam avec un projet de smart agriculture mené avec la start-up Cloud Energy, l’entreprise compte s’appuyer sur le roaming offert par Helium. “Un tarif unique est proposé pour le réseau LongFi, c’est une vraie valeur”, garantie Yannick Delibie. Ce partenariat s’inscrit ainsi pleinement dans la logique de diversification de Kerlink pour s’imposer sur le marché et maintenir ses parts de marché dans l’écosystème LoRa.

Enfin, Helium, par la vente de ses hotspots au grand public pour propager le réseau, introduit Kerlink, jusque-là axé sur l’industrie, dans la sphère de la maison. “Les particuliers technophiles commencent à s’intéresser à Helium et nous font des retours sur les réseaux sociaux. C’est nouveau pour nous, nous n’avions pas de contact avec ces utilisateurs jusqu’alors, cela nous donne une visibilité supplémentaire”, indique Yannick Delibie. Pour Kerlink, Helium offre ainsi des perspectives encourageantes. Yannick Delibie tient néanmoins à rester prudent . “L’essor d’Helium explose mais, comme toute solution IoT, il faut que le réseau soit véritablement utilisé dans différentes verticales pour assurer sa pérennité.”

Helium pour sa part note une croissance à trois chiffres de sa communauté, qui dépasse les 150 000 personnes. “Avec Kerlink, nous espérons qu’une communauté de professionnels viendra y ajouter son expertise”, déclare Frank Mong. L’entreprise américaine disposait fin mai de plus de 45 000 hotspots dans le monde.

The post Avec Helium, Kerlink veut faire passer ses gateway IoT à l’échelle first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu