E-commerce : les ventes Web des magasins progressent trois fois plus vite que celles des pure players

La crise sanitaire n’est plus qu’un mauvais souvenir pour l’e-commerce français, si l’on en croit la dernière étude trimestrielle de la Fevad publiée ce 27 mai. Le chiffre d’affaires de la vente en ligne en France a progressé de 14,8 % au premier trimestre sur un an et a atteint 29,1 milliards d’euros soit près de 4 milliards d’euros de plus que l’an dernier. Une embellie qui se confirme également par l’augmentation du nombre de sites marchands avec 18 000 000 sites supplémentaires par rapport au T1 2020 (+12%). Toutefois, la situation reste contrastée entre la vente des produits et de services : la hausse des produits est estimée à +30% ce trimestre sur un an, alors que le secteur du tourisme, par exemple, continue de souffrir du contexte sanitaire avec une chute de 49%.  La vente de services n’augmente ainsi que de 1% par rapport au premier trimestre 2020. Le nombre de transactions progresse de 17,8% par rapport au T1 2020, soit un total de 499 millions de transactions contre 424 millions l’an dernier.

Accélération de la digitalisation des TPE et PME 

La crise du coronavirus aura permis à nombre de commerces physiques de muer leur activité en ligne, boostant ainsi leur ventes et, in fine, le chiffre d’affaires du e-commerce français. Si certaines boutiques ont ouvert leur site marchand, d’autres ont fait le choix de vendre leurs produits sur les places de marché qui leur ont ainsi fourni un canal de vente complémentaire. Au cours des trois premiers mois de l’année, l’activité des places de marché a progressé de 44%. Une croissance qui dépasse celle du e-commerce pour la première fois depuis le début de la crise. A noter également, sur les 12 derniers mois de crise, le chiffre d’affaires des sites des enseignes traditionnelles du Panel iCE 100* a progressé de 66%, soit une croissance deux fois supérieure à celle de la moyenne du marché et trois fois supérieure à celle des sites pure-players : 18%. Leurs croissances étaient identiques avant la pandémie.

Baisse du panier moyen 

Pour la première fois après trois trimestres consécutifs de hausse, le panier moyen dégringole de 2,5% au T1 2021. Alors qu’il s’élevait à 60 euros au T1 2020, il redescend à 58 euros. Dans le détail, le panier moyen reste stable s’agissant des ventes  de produits, mais accuse une baisse de 5% concernant les ventes de services. Au cours du premier trimestre, 823 euros ont été dépensés par acheteur contre 761 euros au T1 2020. Mais cette baisse du panier est compensée par l’augmentation du nombre de transactions et l’arrivée de plus d’un million de nouveaux cyberacheteurs (Source : Médiamétrie).  

Forte dynamique au mois de février

Le mois de février enregistre la plus forte accélération sur le trimestre, à la suite des mesures de restriction concernant les commerces de plus de 20 000 m² mais également du décalage de la date des soldes d’hiver au mois de février. La tendance s’est confirmée au mois de mars avec une croissance de 30%. Comme lors des précédentes fermetures de magasins, l’e-commerce a pris le relais en permettant à la clientèle de se reporter sur les sites Internet des magasins fermés. 
 

*Les données collectées par la Fevad auprès des sites marchands correspondent aux définitions suivantes :
Indice commerce électronique (iCE 100) : Chiffre d’affaires réalisé en direct par les entreprises du Panel iCE 100 sur l’internet fixe et mobile. Les sites qui éditent une marketplace ne comptent pas le volume d’affaires réalisé sur marketplace, ni les commissions générées. Uniquement les commandes livrées en France. Tous les lieux de livraison sont retenus (y compris retraits en magasin). Il s’agit du chiffre d’affaires commandé (on considère la date de prise de commande et pas la date de livraison). Annulations, échanges et retours déduits, frais de port compris, TTC pour les ventes aux particuliers, HT pour les ventes aux professionnels.

Indice place de marché (iPM) : Les sites qui éditent une marketplace déclarent les ventes réalisées sur la marketplace par les vendeurs utilisateurs.

Indice commerce mobile (iCM) : Chiffre d’affaires réalisé en direct par l’entreprise sur smartphones et tablettes numériques dans le cadre des sites mobiles et applications (hors téléchargements d’applications).

Composition du Panel iCE 100 : Plus de 100 sites : produits grand public (100 sites), e-tourisme (15 sites) et ventes aux professionnels (20 sites).

Composition du Panel PSP : 9 plateformes sécurisées de paiement : Adyen – Dalenys – Ingenico, a Worldline brand – Monetico Paiement – Monext – Paypal – PayZen – Verifone -Worldline.

Estimation du marché global : Le calcul de l’estimation du marché global est réalisé à partir des données recueillies auprès des sites du panel iCE 100, de la valeur des paiements électroniques (hors membres du panel iCE 100) communiqués par les prestataires participant au panel PSP et d’une estimation des paiements hors ligne (enquête Fevad auprès des marchands de l’iCE 100).

The post E-commerce : les ventes Web des magasins progressent trois fois plus vite que celles des pure players first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu