Edouard Gorioux (Click&Boat) : “Notre prochaine acquisition devrait nécessiter un nouveau financement”

JDN. Comment est né Click&Boat, le “Airbnb des bateaux” ?

Edouard Gorioux est cofondateur de Click&Boat © Click&Boat

Edouard Gorioux. En 2014, mon associé Jérémy Bismuth et moi-même sommes partis du constat que les bateaux représentaient des actifs coûteux pour leurs propriétaires et sous-utilisés puisque ces derniers l’utilisent en moyenne 10 jours par an. Les locataires n’avaient, eux, pas de solution pour réserver simplement un bateau pour leurs vacances. Nous avons donc créé Click&Boat, une plateforme sécurisée qui met en relation propriétaires et locataires tout en simplifiant certains process comme le fait de pouvoir réaliser le check-in à travers une application plutôt que sur un papier. Aujourd’hui, Click&Boat est le numéro un mondial dans la location de bateau en ligne avec une offre de 35 000 bateaux répartis dans une centaine de pays. L’entreprise emploie 150 personnes en France, en Espagne et en Allemagne.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Nous devrions dépasser le million d’utilisateurs cette année, un chiffre qui montre que le nautisme s’est largement démocratisé. Click&Boat a précisément contribué à rendre accessible la plaisance au plus grand nombre. Nos clients sont à 62% étrangers. Sur la totalité de notre flotte, 7 000 bateaux appartiennent à des particuliers qui peuvent ainsi amortir leurs frais annuels. Nous visons 100 millions d’euros en volume d’affaires l’an prochain, autrement dit en volume de transactions réalisées sur notre plateforme.

Quels sont vos principaux marchés ?

La France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne restent nos marchés les plus importants en ce qui concerne l’origine des locataires. Nous avons aussi été très agréablement surpris ces derniers mois par le potentiel du marché brésilien, tant du côté des clients que des destinations. Ce marché devrait également poursuivre sa croissance. Le marché US, sur lequel nous sommes présents depuis quatre ans, est en pleine croissance. Nous observons en effet une demande importante de clients américains qui cherchent à naviguer en mer Méditerranée ou aux Caraïbes mais aussi aux USA où nous proposons une flotte de 2 000 bateaux, notamment en Floride. Au premier trimestre 2021, nous étions pratiquement à 300% de croissance sur ce segment.

Prévoyez-vous d’ouvrir un bureau sur place ?

Oui, nous le ferons sûrement cet été, probablement en Floride. Ce projet était prévu en 2020 mais a été reporté à cause du Covid.  Si le marché US représente moins de 8% de notre CA aujourd’hui, il progresse extrêmement vite et devrait, à terme, devenir notre premier ou deuxième marché du point de vue de l’origine des locataires. Il faut noter que le panier moyen aux Etats-Unis est 4 fois supérieur au panier moyen européen. Un bateau à moteur se loue environ 300 euros la journée en Europe contre 1 200 euros aux US. Les clients américains cherchent avant tout à vivre une expérience et vont privilégier des offres incluant certains services, comme la présence d’un skipper ou la distribution de nourriture et de boissons à bord.

Comment vous rémunérez-vous ? L’entreprise est-elle rentable ?

“Click&Boat est rentable depuis 2015”

L’inscription côté locataire et propriétaire est entièrement gratuite. Nous prélevons une commission fixe de 18% sur chaque transaction.  Click&Boat est bénéficiaire depuis 2015, car nous avons toujours souhaité allier rentabilité et croissance. Nous finançons en grande partie nos acquisitions grâce à des levées de fonds. Click & Boat a levé, depuis sa création, près de 5 millions d’euros à la fois auprès de Business Angels en early stage et de fonds d’investissement, dont le français Olma, qui nous accompagne depuis 2016.

La crise du Covid a porté un coup dur aux acteurs du tourisme. Comment avez-vous traversé cette période ?

Nous avons bien sûr été impactés par la crise, notamment lors du premier confinement lorsque personne ne pouvait sortir ou pratiquer d’activités outdoor. Logiquement, le 2ème trimestre 2020 a été proche de zéro. Mais, en sortie de confinement, beaucoup d’européens ont ressenti un besoin d’évasion. Le bateau a été vu comme un moyen de retrouver la liberté et de se reconnecter avec la nature. Ce mode de voyage répondait aussi parfaitement aux mesures sanitaires. Nous avons donc observé une forte demande l’été dernier, ce qui nous a permis d’enregistrer +60% de réservations durant la période estivale 2020 par rapport à celle de 2019. En fin de compte, nous avons terminé l’année dernière en croissance, avec des clients qui ont souvent préféré voyager dans leur pays.

Comment appréhendez-vous cet été 2021 ?

Mon sentiment est que nous aurons un été similaire à l’an passé, à savoir extrêmement positif. Après ces confinements successifs, beaucoup de personnes ont des envies de grand large et le bateau est un produit qui répond parfaitement à ce besoin. Nous avons déjà observé un début de mois de mars en nette croissance par rapport à 2020 après deux mois assez calmes. Il y avait des attentes sur les avancées de la vaccination et la capacité de pouvoir voyager cet été. Depuis début mars, nous observons une hausse des réservations montrant que nos clients se projettent désormais pour cet été et considèrent le bateau comme la solution idéale pour leurs vacances.

Click&Boat a racheté quatre sociétés depuis sa création, dont trois au cours des 24 derniers mois. D’autres acquisitions sont-elles à prévoir ?

“Notre stratégie est de proposer une offre de voyage intégrée et complète à travers des partenaires”

Nous prévoyons effectivement d’autres acquisitions. Je ne peux pas donner beaucoup d’informations à ce sujet car nous sommes à un stade de discussions préliminaires, ce qui requiert une certaine confidentialité. Notre prochaine acquisition devrait nécessiter un nouveau financement. A travers cette stratégie de croissance externe, notre objectif est d’accélérer notre croissance en intégrant de belles équipes qui font le même métier que nous. Nous voulons ainsi étoffer notre catalogue avec des marques qui nous permettent de couvrir des positionnements différents.

Comment voyez-vous la plateforme de Click&Boat évoluer au cours des prochaines années ?

En tant que leader digital de la plaisance, notre stratégie est désormais de proposer à nos clients une offre de voyage intégrée et complète à travers des partenaires. Concrètement, nous voulons leur permettre de réserver, en plus du bateau, le billet d’avion, le transfert entre l’aéroport et la marina, les nuits d’hôtels si besoin, etc. Nous prévoyons également de nous développer dans la vente et l’achat de bateau, qui est une problématique rencontrée par beaucoup de propriétaires mais aussi des locataires cherchant à acheter un bateau après une expérience réussie. Notre objectif est de mettre à leur disposition un outil digital, sous la marque Click & Boat ou une autre, permettant de simplifier la vente et le transfert de propriété d’un bateau.

Edouard Gorioux est diplômé de Centrale Supélec. Il rencontre Jérémy Bismuth au sein du cabinet d’audit Mazars à la Défense où il a travaillé trois ans en tant qu’analyste financier. Avec lui, il crée en 2013 Click&Boat, une plateforme de location de bateaux. Originaire de Beg-Meil en Bretagne Sud et passionné par le nautisme, Edouard a acheté un bateau avec deux amis de son école d’ingénieur pour naviguer jusqu’au Brésil.

The post Edouard Gorioux (Click&Boat) : “Notre prochaine acquisition devrait nécessiter un nouveau financement” first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu