L’IoT, nouveau pilier de la relation constructeur-conducteur

Maîtriser et maintenir un lien avec le conducteur, tel est le leitmotiv de l’industrie automobile 4.0 pour 2021. Car en effet, la route est longue : une fois le véhicule sorti de la chaîne de production, de nombreux intermédiaires interviennent, créant une distance entre le constructeur et l’utilisateur final. Via l’IoT, les fabricants gardent un lien unique avec leurs clients, notamment autour de la maintenance du véhicule.

Un lien resserré entre usagers/conducteurs et constructeurs mais aussi avec leurs véhicules

Un enjeu majeur de la voiture connectée, notamment pour les constructeurs, repose sur la capacité à renforcer et à maintenir un lien avec le conducteur.

Dans ce contexte, les applications “aftermarket”, fonctions supplémentaires installées à la fin de la construction, veulent tirer leur épingle du jeu et se lancent sur le marché de l’assistance au conducteur. En se connectant par exemple sur l’OBD du véhicule, ou l’interface de la voiture, elles permettent d’envoyer et de recevoir des alertes s’il y a une défaillance quelconque. Lorsque l’information d’un freinage, de l’évolution de la pression des pneus ou du niveau d’huile est remontée, l’utilisateur est averti par sa voiture. En parallèle, l’équipementier et le concessionnaire, sont en mesure d’envoyer des rappels de maintenance des véhicules, afin de faciliter la vie du conducteur : il n’a plus besoin d’y penser.

La relation avec l’acheteur est ainsi recréée, alors qu’avec le développement de nombreux intermédiaires (importateurs, distributeurs, concessionnaires, garagistes), le fabricant avait plutôt perdu le contact direct avec les usagers finaux. Il échange en revanche fréquemment avec le revendeur. Le lien est rétabli et le conducteur est en mesure aujourd’hui de connaître en détail l’utilisation du véhicule, les données techniques,  la dernière place de stationnement, le profil des autres conducteurs de son véhicule le cas échéant et leur mode de conduite. Pour le constructeur, il s’agit d’un ensemble de données précieuses pour mieux connaître ses clients. Il est donc en mesure d’adapter ses prochains modèles en fonction de sa clientèle et d’investir sciemment dans la technologie et les fonctions les plus adéquates pour gagner en valeur.

L’IoT, comme outil de développement de services à valeur ajoutée pour tous les usagers du véhicule

La relation entre l’équipementier et l’utilisateur final peut s’étendre à des offres additionnelles comme des services de conciergerie. “J’ai besoin de nettoyer ma voiture”, “Je souhaite connaître le restaurant le plus proche de la zone où je me trouve”… Cette prestation, qui offre une dose supplémentaire de confort au client est de plus en plus intégrée au bouquet de services connectés proposé au moment de l’achat du véhicule. Le développement d’autres fonctionnalités plus sécuritaires, comme l’appel d’urgence, qui n’émane pas nécessairement des demandes des conducteurs, contribue à une meilleure offre de services proposée. Par le biais de l’automatisation de la conduite, l’expérience devient plus agréable pour les passagers : musiques, voyants indicateurs d’anomalies, assistant vocal… ces services se démocratisent.

Tiré par une tendance croissante issue des Etats-Unis, l’infotainment constitue un domaine de progression prioritaire. Les constructeurs se sont emparés de cette tendance et proposent le Wifi on Board, l’accès à des webradios, au multimédia via notamment des jeux en ligne… A titre d’exemple, BMW a élaboré un Package Deezer accessible via les services du système embarqué BMW ConnectedDrive et a rendu des fonctionnalités du véhicules accessibles depuis un smartphone. Ce développement des services est aussi à associer efficacement  au confort de conduite et à la sécurisation de tous les passagers.

Le confort de conduite ainsi que celui des passagers vont continuer à être une préoccupation majeure des constructeurs afin de séduire et fidéliser leur clientèle. Naturellement, la question de la sécurité ne saurait passer au second plan. Elle reste primordiale et le fait de recevoir des informations sur l’évolution du véhicule ou des avertissements à l’approche de radars sont des notifications qui contribuent fortement au confort du conducteur.

Vers un nouveau business model ?

Les constructeurs peuvent se réjouir de pouvoir développer leur panel de prestations au service du confort des utilisateurs. Toutefois, cette évolution induit une refonte de des modèles de facturation. Comment fournir et monétiser l’accès aux services alors que les aspects réglementaires divergent d’un pays à un autre et posent de sérieuses questions notamment sur les droits d’accès aux contenus ?

Autre point bouleversé par l’évolution du marché automobile, l’assurance. Parmi les très nombreuses données techniques qui peuvent être remontées avec le véhicule connecté, figurent l’accélération, le freinage, le style de conduite, l’assistance au conducteur… Pouvoir effectuer un suivi de ces paramètres a un impact sur les montants des assurances. En effet, la connaissance accrue des trajets réalisés permettrait de pénaliser ou de récompenser les conducteurs selon leur conduite. Cependant, une autre voie à explorer est celle de la récompense. Les salariés ayant une éco-conduite pourraient se voir valorisés et les jeunes conducteurs, qui sont considérés par défaut comme à risque malgré leur absence d’historique, pourraient avoir à payer des franchises moins importantes puisque le prix appliqué serait basé sur la réalité de leur conduite et donc plus juste.

A terme, avec l’émergence des véhicules autonomes, les capteurs pourront contribuer à déterminer la responsabilité de chacune des parties concernées en cas d’accident.

La relation entre les équipementiers, les conducteurs et les véhicules évolue avec la démocratisation du potentiel technologique. Elle s’articule de plus en plus autour du confort et de la sécurité des utilisateurs. L’IoT et ses nombreux capteurs joue un rôle prédominant dans toutes ces évolutions. Il permet ces avancées technologiques et la mise à disposition des multiples services aux utilisateurs, ainsi qu’une transformation de l’industrie en place.

The post L’IoT, nouveau pilier de la relation constructeur-conducteur first appeared on ProcuRSS.eu.

Menu